Disparaître sous les radars des algorithmes

Un reportage sur Arte où on cause entre autres de #fediverse #mastodon #peertube #mobilizon comme parades aux outils hégémoniques des #GAFAMs

Source : https://www.arte.tv/fr/videos/100750-000-F/disparaitre-sous-les-radars-des-algorithmes/, “Nos libertés sont en train de s’évaporer sous nos yeux”, s’alarme une jeune chercheuse hongkongaise. Tous les jours, les données personnelles que chacun laisse sur les outils gracieusement mis à sa disposition par les Gafam – messageries instantanées, réseaux sociaux, navigateurs, moteurs de recherche, services de cartographie en ligne et de géolocalisation… – fragilisent le droit à la vie privée. À des degrés divers, l’activité numérique nous expose à de multiples risques : hacking, espionnage commercial, policier ou étatique, cyberharcèlement… Dès lors, comment échapper en ligne à la surveillance et à la malveillance ?, Protection mode d’emploi, Au travers des témoignages d’un performer berlinois désireux de s’émanciper de Facebook, d’enseignants du lycée français de Casablanca sensibilisant leurs élèves au harcèlement en ligne, de journalistes d’investigation qui s’ingénient à protéger leurs sources ou encore d’une jeune Hongkongaise, cible potentielle des autorités chinoises, ce documentaire didactique dresse un panorama des solutions pratiques alternatives pour échapper à la toute-puissance des algorithmes et protéger sa vie privée sur le Web.

Numérique et effondrement

Une question qui me traverse sans cesse, l’inquiétude de l’avenir pour nous libristes face à l’effondrement qui risque d’arriver. Comment survivre avec nos désirs d’un numérique libre et respectueux de nos vies privées et écologique dans ce cadre où le système et la société pousse à la croissance, à la productivité et à la surveillance de masse ?

Ici dans cette conférence, une réflexion aussi surtout sur la surveillance de masse qui s’ensuit… https://tube.thechangebook.org/videos/embed/5fe152cb-be4c-46ba-82a5-cd9303111d89

Par framasoft@framatube.org

Conférence de Gee et pyg, de Framasoft, donnée aux https://jdll.org le 06/04/2019 La bonne nouvelle, c’est que le capitalisme ne va pas tarder à crever ; la mauvaise, c’est qu’on risque fort de crever avec lui.Est-il encore temps de faire du libre sans vision politique et écologique ? Terme apparu dans le rapport Meadows dans les années 70, l’effondrement est « le processus à l’issue duquel les besoins de base ne sont plus fournis à une majorité de la population par des services encadrés par la loi ». Aujourd’hui, de nombreux signaux forts indiquent que cet effondrement est inéluctable, et ce dans un avenir relativement proche. Nous reviendrons rapidement sur quelques facteurs précisant « Pourquoi cet effondrement est inéluctable ? » (facteurs écologiques, énergétiques, économiques, financiers, sanitaires, sociaux, etc), sans pour autant proposer de solutions (puisqu’on vous dit que c’est inéluctable ! ). Notre proposition est plutôt de faire le lien entre cette notion d’effondrement, et celle plus récente du « capitalisme de surveillance », une forme de capitalisme dont l’évolution s’est faite sans entrave ces vingt dernières années, notamment grâce au développement et à l’omniprésence des technologies numériques. Nous essaierons d’articuler ces deux notions pour voir si le capitalisme de surveillance nous projette avec force vers l’effondrement ou, au contraire, si les technologies qui le soutiennent (logiciels, IA, Big data et analyse/extraction de données, nouvelles formes de contractualisation du travail, services personnalisés, internet des objets, etc) nous permettront de l’éviter ? Enfin, à défaut de proposer des solutions magiques qui éviteraient à la société capitaliste occidentale de s’effondrer (avec les conséquences que l’on peut et doit imaginer), nous évoquerons quelques pistes (notamment autour des communs et des communs numériques comme le logiciel libre) qui permettent une certaine frugalité, et d’atténuer la toxicité du modèle dominant aujourd’hui. Une façon de réfléchir aussi, à la place que nous aurons, nous libristes, dans une société occidentale post-effondrement où l’informatique même sera peut-être un luxe. En effet, demain, nous manquerons peut-être d’eau, de nourriture et de quantité d’autres ressources. Est-il alors futile, aujourd’hui, que nous mettions tant d’énergie dans l’informatique, le web ou les logiciels libres ? Tant de choses qui dépendent massivement des structures de la société industrielle, celles-là même qui sont amenées à s’effondrer dans une futur proche ? Note aux personnes souhaitant assister à cette intervention : il s’agit “d’une conférence-débat-plutôt-improvisée-et-légèrement-gesticulatoire” de deux heures environ (pause pipi comprise !), entre deux membres de Framasoft (l’un scientifique, l’autre économiste de formation) où nous tâcherons de laisser une large part au débat (30 minutes minimum).

Computertrace, un mouchard dans nos PC

Une triste découverte qui fait un buzz sur le net. Plusieurs fabricants d’ordinateurs auraient installer une puce sur leur cartes mère qui permet de lire vos données.  L’information a été divulguée par par Kaspersky puis par le blog de Korben dans cet article :
Computrace – Le mouchard universel présent sur les PC, Mac et appareils Android
Je suis exaspéré, d’autant plus que j’ai en possession un ordinateur portable qui possède ce fameux computertrace, même si il n’est pas activé dans le bios ! Décidément, si on veut être en sécurité pour ses données, on a intérêt a vraiment faire attention à son matériel ! C’est absolument déplorable que des fabricants vous vendent du matériel avec des mouchards sans vous prévenir ! C’est vraiment dingue de savoir qu’on vous espionne sans scrupules !

Suite à cet article, une solution pour savoir si on est infecté par cette foncionnalité malveillante :
Computrace – Un outil pour vérifier si vous êtes infecté
Dommage, car il faut avoir Windows pour tester, ce n’est pas mon cas. Je crois que je vais opter pour un ordinateur 100% libre, c’est à dire que même le bios doit être libre pour ne pas avoir de portes dérobées. Je ne connais qu’un vendeur d’ordinateur, Gnu Linux Computers avec un bios libre , le coreboot .

à savoir qu’il faut changer le clavier qui est en Qwerty au départ. Ou bien flasher son bios et installé soi-même un bios libre avec une carte mère compatible, un tutoriel ici : Libérer un BIOS/UEFI – Installation de coreboot sur l’ASRock E350M1

Bref, pas facile toutes ces contraintes, mais ça doit valoir le coup ! Ci-dessous une très bonne explication technique de Telecomix sur les risques et les précautions à prendre pour protéger ses données.

Voir le Fichier : Telecomix-crypto-munitions-bureau-French.mp4

Souriez, vous êtes surveillés !

Comme vous en avez sûrement entendu parler, la NSA  (National Security Agengy) surveille abusivement toutes nos cyber-vies, peut-être même que le meilleur moyen d’échapper à cette surveillance est de tout débrancher chez soi et de vivre dehors loin des horizons en pixels !
Sinon, des alternatives existent pour se protéger et garder l’anonymat, un lien bien documenté se trouve sur cette page :  Refusez Prism
Une pétition aussi pour qu’ils arrêtent de nous surveiller :                            Arrêtez de nous surveiller !
Nous ne sommes pas des terroristes et le droit à la liberté sur le net est à défendre, pour l’intérêt général !